Été 2014

Woman walking in Chicago
Marcher seule dans une ville qu’on ne connaît pas et se sentir plus en vie que jamais. Remarquer tout: la lumière qui fait son chemin entre deux édifices, la femme qui éclate de rire en parlant au téléphone, l’odeur de pizza qui émane d’une trappe d’aération, la manière dont l’ombre d’un arbre vient se confondre avec celle d’une oeuvre d’art urbaine.

Avancer sans jamais s’arrêter plus que quelques secondes, même quand la beauté d’un édifice nous coupe le souffle, même quand l’alignement des gratte-ciels crée un angle parfait. Parcourir des kilomètres et des kilomètres dans une ville inconnue, sans agenda et sans but précis, à part celui de se perdre.

Rêver d’ailleurs, un pied devant l’autre, nez en l’air et sourire aux lèvres.

Clément a raison: la lumière adore Chicago.

  1. Beth left a comment on December 28, 2014 at 8:43 pm

    I like this very much! And what a good idea…

  2. De la lumière aux odeurs | Jeux de mots et d'images left a comment on December 29, 2014 at 11:30 am

    […] Ni vu ni connu | 28 décembre | Été 2014 […]

  3. Le chant du muezzin | Kamoulox left a comment on December 29, 2014 at 4:16 pm

    […] faire écho aux textes de Clément et Martine, un  texte sensoriel écrit en moins de 10 […]

  4. Martine left a comment on December 29, 2014 at 6:08 pm

    Thanks Beth! I hope I can keep it up for a little while (like you have on your own blog). It helps to know someone will be reading it :)

Comments are closed.